Making Things Happen:
Young Artists in Dialogue. Part III:
Boris Chouvellon & Mengzhi Zheng

The Merchant House, Amsterdam
20.04 → 08.07.18
Curator : Hubert Besacier

www.merchanthouse.nl
catalogue en ligne


Mengzhi Zheng évolue à la confluence de la peinture, de la sculpture et de l’architecture. Le va et vient est constant entre la seconde et la troisième dimension. On passe du dessin à la sculpture imperceptiblement. Ses sculptures sont des dessins dans l’espace. Comme pour le dessin – le blanc de la page étant infini – elles n’ont pas d’échelle.
Une des sources de son travail réside dans une observation des villes et de leurs constructions hétéroclites, de leurs aspects vernaculaires et de leur vétusté. Après avoir revisité les lieux de son enfance en Chine, il photographie puis réalise deux séries de gravures parfaitement réalistes (Sans titre, 2009-11). Dès le départ, son intérêt pour l’architecture est donc avéré. Son autre source de référence se trouve dans l’histoire de l’abstraction moderniste qu’il remet en jeu avec une façon de voir et de penser toute contemporaine. Si ses créations peuvent être interprétées comme de nouveaux avatars de la sculpture con- structiviste (souvenons nous que De Stijl prônait la résolution de la peinture dans l’édification de la cité), ses collages et ses lithographies attestent la revendication de cet héritage. Mais on prend aussi immédiatement conscience en les observant, que ce sont bien des œuvres de notre temps. Qu’il s’agit d’un regard actuel porté sur le monde d’aujourd’hui. Nous sommes loin des dogmes et des affirmations péremptoires des débuts du XXe siècle, mais plutôt dans le vacillement d’une interrogation sur un monde sans certitudes. Dans une sorte d’éloge de la fragilité.

Extrait, Hubert Besacier, Frêles esquifs, 2018


photo © Arjen Veldt