Le temps de travail est long. Le geste minime en devient automatique dans la construction d’un nouveau paysage citadin, vidé de toute présence humaine. Je mets à plat ces images, jadis photographies de paysages issues d’une Chine récemment revisitée. J’écrase les reliefs. L’image ne se révèle seulement qu’au tirage de la plaque. L’instant tant attendu.

La réalité économique d’aujourd’hui s’accentue dans un cycle construction-consommation. Les architectes construisent aussi vite que d'autres démolissent. Les autorités effacent l’Histoire d’un lieu comme ils effaceraient « Mémoire », écrit à la craie sur un tableau noir.

Les constructions urbaines d’aujourd’hui sont déjà du passé. Elles seront bientôt en ruines. La trace est encrée.
MZ, 2011

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

série 2009-2011, Sans titre N°1, 24 x 32 cm, 10 ex.
série 2009-2011, Sans titre N°2, 24 x 32 cm, 10 ex.
série 2009-2011, Sans titre N°3, 24 x 32 cm, 10 ex.
série 2009-2011, Sans titre N°4, 24 x 32 cm, 10 ex.
série 2009-2011, Sans titre N°5, 24 x 32 cm, 10 ex.
Tirage 2016, rue des Capucins, Lyon


Mengzhi Zheng © adagp

 
 
http://www.mengzhi.fr/files/gimgs/th-27_01.jpg
 
 
http://www.mengzhi.fr/files/gimgs/th-27_02.jpg
 
 
http://www.mengzhi.fr/files/gimgs/th-27_03.jpg
 
 
http://www.mengzhi.fr/files/gimgs/th-27_04.jpg
 
 
http://www.mengzhi.fr/files/gimgs/th-27_05.jpg